Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

le cyborgien

Sans snobisme, entre voyage dans le temps et à travers les genres, le Cyborgien tente d'agrandir votre regard.

21 Aug

Angela, 15 ans : le temps du changement

Publié par André COTE  - Catégories :  #voix-off, #Angela, #ABC, #My So-Called Life, #Bess Amstrong, #teen show, #Beverly Hills

 
Bon, autant le dire tout de suite, les séries pour les adolescents (ou « teen show » comme on dit dans le jargon des sérievores), c'est pas trop mon truc. Cependant, il y en a certaines qui ont attiré mon attention. C'est à dire que ce genre, je le perçois un peu (alors, là, je l'accordes, ce n'est peut-être qu'un ramassis de préjugés de ma part) comme un prétexte pour les acteurs à prendre des poses digne de magazine style "20 ans" ou "Jeune et Jolie", ceci dans le but d'exciter les gruppies qui d'office composent la grande majorité de leur public, dans des décors en carton-pâte paraissant sortir tout droit d'une publicité. Tout ça dans des histoires qui n'ont pour seul objectif de les mettre en valeur afin de démontrer à quel point ils sont parfaits.
 
Angela, 15 ans Claire Danes ABC teen show My So-Called Life Bess Amstrong
 
Cependant, je suis un peu revenu sur ma position avec quelques-unes comme Angela, 15 ans justement (ou « My So-Called Life » en VO, soit « Ma Soi-disant vie »). Je pensais que la série allait se limiter au seul point de vue de Angela et de ses amis. Un peu comme si les ados étaient coupés du monde des adultes. Or, non, les parents font partie intégrante de l'univers de leurs progénitures. J'avais aussi des appréhensions sur le côté « image de carte postale », là encore, j'en suis pour mes frais, la série dépeint une famille d'américains moyens avec leurs soucis et problèmes. Et pour ce qui concerne la moralité des histoires, les rouages scénaristiques consistent justement à développer la remise en question de leur certitude. On voit donc que, en grandissant, les personnages découvrent leur potentiel qui leur permettent d'avoir de nouvelles perspectives pour leur avenir et non de rester figés dans leur situation sociale.
 

Pourtant, sur le papier, la série n'a rien d'original (la vie d'une lycéenne, Angela Chase, vivant dans la banlieue de Pittsburgh), or, c'est la banalité de ce quotidien qui va faire tout le charme du show. D'un côté, les couleurs sont ternes et bien loin d'un quelconque glamour, de l'autre, les sujets sensibles ne sont pas juste relégués à un segment, mais font bel et bien partie des thématiques récurrentes traitées tout au long des « seulement » 19 épisodes : l'un des amis d'Angela, Rickie (incarné par Wilson Cruz), est ouvertement homosexuel, on notera que l'acteur est lui-même gay et militant pour la cause. 
 
De cette manière, ce que Angela, 15 ans réussit le mieux à retranscrire, c'est la solitude vécue par les personnages. On pourrait trouver un début d'explication dans l'âge apparent des acteurs : Claire Danes, qui joue Angela, avait 16 printemps. Un constat qui nous change des écarts entre l'interprète et leurs rôles où certains, affichant la trentaine sur leur carte d'identité, se voient incarner des lycéens : l'astuce consiste alors à les « travestir »(vêtement à la mode, coupe de cheveux...) pour les rendre un peu juvénile à l'écran. Même si la situation la plus courante est d'engager des acteurs ayant 18 ans en raison de la législation : un acteur de moins de 18 ans à un temps limité de tournage. Donc, ici, les acteurs sentent le vécu.
 
 
Toutefois, ce qui est aussi mis en avant, c'est l'impression que chacun vit un peu dans sa bulle. Ou plutôt, c'est le personnage principal qui prend conscience de cette situation au sein de ses amis ou de sa famille. Ainsi, la série est narrée en voix-off (comme pour Magnum ou MacGyver), ce qui veut dire que nous entendons les pensées d'Angela, ses commentaires et ses sentiments. Nous l'entendons donc exprimer son mal de vivre, un sentiment dont elle croit être la seule atteinte à voir la manière dont les autres évoluent autour d'elle, comme l'insouciance chez certains et la confiance en soi des autres. Or, l'ingéniosité des scripts est, justement, de lui ouvrir les yeux sur les mille et une manières dont les autres vivent leur tourment, autant chez les adolescents (amis ou simples connaissances d'Angela) que du côté des adultes.

Néanmoins, la série n'est en rien larmoyante (enfin si, un peu, mais pas que). Oui, elle aborde des sujets douloureux sur un ton grave, mais elle parvient surtout à conserver une ambiance enjouée. Ceci en partie grâce aux relations entre les personnages, en particulier les parents. Dans le rôle de Patty Chase, Bess Amstrong incarne une mère souvent désemparée face à sa fille, soucieuse de se montrer ferme dans son statut d'autorité parentale et de ne pas être trop sévère dans ce rôle. Dans cette volonté de prendre les décisions les plus justes, elle trouve une oreille attentive auprès de son mari, Graham. Ce père avoue sans complexe être dépassé par les événements (pour lui, il y a maintenant deux femmes à la maison, Angela n'est donc plus une gamine) tout en restant un époux et homme de la maison entreprenant. De cette façon, il apporte à sa femme un regard extérieur dans les conflits mère-fille. Comme on peut s'y attendre, c'est ce décalage entre une jeunesse volubile (Angela se laisse volontiers entraînée par une de ses nouvelles amies, la délurée Rayanne) et des adultes plus posés qui amène de manière naturelle un humour à la série, tout en illustrant le problème récurrent du manque de communication entre les générations.
 
Angela, 15 ans Claire Danes ABC teen show My So-Called Life Bess Amstrong
 Enfin, de faibles audiences auront eu raison de cette unique cuvée de 19 épisodes tournées entre 1993 et 1994, alors qu'elle recevait les louanges de la critique. On murmure même que la chaîne ABC (qui la diffusait) regrette aujourd'hui encore de l'avoir annulé. On peut voir là une sorte de revers de la médaille, en voulant se démarquer de la concurrence (Beverly Hills, sortis quelques saisons avant, c'est très vite imposé comme le modèle à suivre) Angela, 15 ans n'a pas trouvé son public.
 
Photo Credits : ABC
 
Angela, 15 ans : le temps du changement
Commenter cet article

cinardoz 16/12/2012 04:16

une serie fabuleuse qui a revelé claire danes & jarde leto : un chef d'oeuvre télévisuel & certainement la meilleure serie "ado" de l'histoire de la tv : tout est parfait dans cette serie, rien n'est manichéen, l'anti"beverly hills" en somme ; peut etre un peu trop en avance, comme "profit" dans un autre genre

Archives

À propos

Sans snobisme, entre voyage dans le temps et à travers les genres, le Cyborgien tente d'agrandir votre regard.