Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

le cyborgien

Sans snobisme, entre voyage dans le temps et à travers les genres, le Cyborgien tente d'agrandir votre regard.

07 Nov

Bones ou l'art de tirer sur la corde

Publié par André COTE  - Catégories :  #cop show, #Emily Deschanel, #romance, #Clair de Lune, #forensic show, #David Boreanaz, #Bones, #Fox

 

 

Pour toutes les séries télés, au bout de plusieurs saisons, le problème du renouvellement devient problématique. Au terme de sa 7e saison (la 8e a débuté il y a quelques semaines), il devient de plus en plus difficile pour Bones de perdurer. Série policière tenue sur les épaules du duo Emily Deschanel/David Boreanaz, la production de Hart Hanson ne joue pas dans la même catégorie que Les Experts ou Law and Order. L'esprit est plus proche de la comédie romantique à la sauce Clair de Lune

 

 

 

En effet, d'un côté, nous avons la scientifique Temperance Brennan, surnommée Bones, jouée par Emily Deschanel. Son sens de l'analyse la rend très peu sociable même si elle n'en demeure pas moins touchante. De l'autre côté, nous avons l'agent du FBI Seeley Booth, incarné par David Boreanaz connu pour avoir été le vampire Angel dans la série Buffy contre les vampires. C'est un ex-militaire, toujours enclin à suivre son instinct. Le tandem mène leurs enquêtes pour le compte de l'institut Jefferson où travaille Brennan, celle-ci étant la responsable d'une équipe de légistes. 

 

Ce qui peut être déconcertant est la dédramatisation de l'ensemble. Les investigations se révèlent très tôt de simples prétextes pour aligner les scènes comiques afin de mettre en valeur les personnages. Jusqu'ici rien de nouveau à l'horizon, c'est le cas de toute comédie policière, on adhère ou pas à la légèreté du ton. En revanche, la découverte des cadavres offrent des moments sanglants (ou gores pour les amateurs de films d'horreurs) assez surprenants pour une série ne se voulant pas, a priori, sombre ou propice à ce genre de débordement. 

 

 

 

Dès le départ, en raison de cet antagonisme Brennan/Booth, on devine que la série va tourner autour du shipping « au bout de combien d'épisode, ou plutôt saisons, les deux vont finir ensemble ? ». L'attrait du duo fonctionne suivant l'adage « les opposés s'attirent » et il paraît inévitable que l'un va tomber dans les bras de l'autre. À l'écran, on ressent l'alchimie qui fonctionne, puisque le charme du duo repose sur le côté décalé de Brennan avec son air de rat de bibliothèque qui peut mettre mal à l'aise certaines personnes sans le vouloir, et Booth qui apparaît comme une sorte de traducteur entre Brennan et le monde qui l'entoure dès qu'ils sortent du laboratoire. L'aspect humoristique s'affirme au moment de leurs disputes, quand ces derniers se mettent à se chamailler sur des détails, ces moments de discorde leur donnant des faux-airs de vieux couple. 

 

De cette manière, l'aspect shipping du show provient de la prise de conscience par les personnages de cette alchimie, ou plutôt de la transformation de cette alchimie en sentiment réciproque. Des sentiments que le public devine au détour d'une scène, d'un plan ou d'une remarque, mais que le duo ne soupçonne pas. Le but des scénaristes est alors de retarder ce qui semble inéluctable, puisqu'une fois en couple, le risque est de voir le même duo, maintenant apaisé, changer radicalement de comportement et ne plus présenter d'intérêt. C'est ainsi que, l'air de rien, les scénaristes ont réussi à trouver une parade lors du 100e épisode. 

 

 

 

Durant ce segment, le tandem confiait à leur psy les circonstances de leur première enquête. Dans un premier temps, on revoit des visages qui ont quitté l'institut depuis quelques saisons, mais surtout, on assiste à plusieurs révélations concernant la nature de la relation de Brennan/Booth. Des informations capitales nous sont donnés qui change notre perception de la série dans son ensemble, on pourrait même dire qu'on assiste à un véritable twist. 

 

Ainsi, l'agent et la scientifique ont déjà eu une liaison ensemble, de telle sorte que l'orientation du cop show (qui n'a plus de « série policière » que l'étiquette tant les enquêtes sont survolées) n'est plus « à partir de quand vont-ils se rendre compte qu'ils ont des sentiments l'un pour l'autre ? » (puisque c'est déjà fait) mais plutôt « vont-ils se rendre compte qu'ils sont suffisamment complémentaires pour vivre en couple ? ». En fait, le principal frein à leur union est leur caractère parfaitement opposé, or, c'est de cette opposition que provient leur alchimie. 

 

 

 

Durant les saisons précédentes, les scénaristes se sont évertués à tourner autour du pot pour éviter de les mettre ensemble. On a donc eu des personnages que l'on pourrait qualifier de « parasites » afin de détourner leur attention de ce fil rouge : l'arrivée du Docteur Saroyan avec qui Brennan a du mal à travailler dans un premier temps, l'intrigue du Fossoyeur, et même un autre shipping avec des collègues de Brennan (Hodgins et Angela Monténégro) qui ont maintenant un enfant. Bien entendu, chacun va avoir des petits amis potentiels pendant un moment, sans compter que Booth a déjà un enfant issu d'un mariage précédent. 

 

Ce n'est qu'au bout de la 5e saison que ce fil rouge va revenir sur le devant de la scène et la 6e se conclut même sur un point de non-retour. Non seulement, Brennan et Bones acceptèrent l'idée d'être en couple, mais en outre, ils deviennent parent de leur première enfant. Par conséquent, la série ne perd aucunement la tension du shipping, elle est simplement remplacée par le comique de situation des deux parents, restés des grands enfants, tentant de concilier vie de famille et vie professionnelle. 

 

 

 

De cette manière, la difficulté des scénaristes est maintenant de trouver d'autres rebondissements. Auparavant, ces derniers répondaient à un besoin de détourner l'attention des personnages, à présent, le statut des personnages est appelé à évoluer pour continuer à rendre la suite attractive. Cependant, contrairement à toute série reposant sur un couple vedette condamné à se faire et à se défaire, ils évitent de réduire le fil rouge aux seules relations du duo, ce qui manquerait singulièrement d'originalité, mais sur l'arrivée d'un suspect machiavélique. Ainsi, ce n'est pas une énième dispute qui les amène à se séparer, mais les conséquences d'un plan prévu par un tiers. 

 

Cependant, il faut reconnaître que la série perd de plus en plus d'ampleur. Les cliff-hangers précédents avait le mérite de se montrer soit plus intense (Booth qui doit se faire opérer d'une tumeur au cerveau) ou avait des conséquences plus importantes, comme la séparation du groupe à la suite d'une mutation.

 

La focalisation sur le duo est à double-tranchant. Si cela permet au cop show de ne plus se perdre dans des intrigues secondaires qui ne sont juste que des moyens pour les scénaristes de ronger leur frein, cette focalisation trahit les limites du show. Les scénaristes semblent se reposer sur leur laurier et le producteur a beau songé à d'autres saisons, dorénavant on sent la fin se rapprocher.

 

Photo Credits : Fox

Bones ou l'art de tirer sur la corde
Commenter cet article

Archives

À propos

Sans snobisme, entre voyage dans le temps et à travers les genres, le Cyborgien tente d'agrandir votre regard.