Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

le cyborgien

Sans snobisme, entre voyage dans le temps et à travers les genres, le Cyborgien tente d'agrandir votre regard.

28 Feb

Falling Skies : cette fois, c'est la guerre !

Publié par COTE André  - Catégories :  #Falling Skies, #TNT, #Noah Wyle, #Steven Spielberg, #Science-Fiction, #Urgences

 

 

 

Lorsqu'une série perdure, il est nécessaire de renouveler le postulat pour en préserver l'intérêt. Or, à force de remaniement, on court le risque de briser l'attrait initial. L'inverse est tout aussi vrai et une série peut même prendre son envol une fois débarrassée des défauts de ses débuts. Dans le cas de Falling Skies, on pourrait dire que l'on revient de loin. En effet, après une première saison laborieuse, la seconde annonçait une suite plus épique... qui n'en est restée qu'au stade des promesses. Il a fallu attendre la troisième salve pour que la série n'ait pas d'autre choix que de changer de cap afin de rester cohérente avec sa trame principale.

 

 

 

Au départ, Falling Skies était présentée comme une version télévisuelle de La Guerre des Mondes en raison de la présence de Steven Spielberg à la production et la série se complaisait dans un statut de suite non officielle à la série: les Aliens ont réussi à réduire l'humanité à des groupuscules vivant cachés dans les décombres et les intrigues restaient focalisées sur les relations entre les personnages et non sur une éventuelle évolution de la situation. Il a fallu attendre l'année suivante (à peine dix épisodes) pour que les choses changent et que l'on voit le groupe reprendre du poil de la bête et passer à l'action.

 

D'ailleurs, cette 2e saison pouvait se voir comme une longue annonce, ou comme on dit chez les sérievores, un teasing. Il était évident qu'elle n'était qu'une étape transitoire entre une année d'introduction et une autre où la guerre allait être mise au premier plan, le fil rouge étant les efforts du groupe de Mason pour rejoindre la ville de Charlestown, où un gouvernement, avec une armée à l'appui, s'est organisée. Si plusieurs défauts persistaient encore, la série avait trouvé une dynamique bien plus convaincante qui la rendait passionnante : la cohabitation entre les sous-groupes (des personnages secondaires ont leur propre intrigue) au sein du groupe, les stratégies de Mason (Noah Wyle, ex-John Carter d'Urgences) pour rendre résister à l'occupation des extra-terrestres, baptisés les « rampants », et les décisions du capitaine Weaver (Will Patton, un sempiternel second couteau du cinéma américain) pour mener le groupe.

 

 

 

 

A l'aube de cette 3e saison, la tension est encore montée d'un cran. Le groupe de Mason s'est maintenant bien installée à Charlestown, Mason occupe même la place de Président (Maire, serait plus juste) et doit maintenant gérer l'organisation de la ville entière avec l'appui de Weaver et d'autres soutiens rencontrés sur les lieux. Les médecins ont également fait des avancées considérables dans la compréhension de la technologie extra-terrestre (il est maintenant envisageable de « soigner » les personnes capturées et qui ont été sous l'emprise des aliens) et, surtout, un autre groupe de E.T. s'est fait connaître et une collaboration avec eux est en cours.

 

Ainsi, alors que la série avait débuté avec la description de personnages vaillants, mais résignés (leurs ennemis semblaient inébranlables et l'humanité destinée à disparaître), des alternatives sont apparues rendant la perspective d'une fin de la guerre à portée de main, avec les humains en position inattendue de grand vainqueur.

 

 

 

En fait, dorénavant, le principal bémol que l'on pourrait trouver à Falling Skies réside dans la gestion des personnages. Cette production de Spielberg a beau être une série chorale mettant en scène une vingtaine (au bas mot) de protagonistes, le cœur des intrigues se focalise avant tout sur le même quatuor depuis le début de la série : Mason, ses enfants et le capitaine Weaver. Les autres sont réduits à de simple personnage-fonction destinés à grossir les rangs ou à permettre à l'intrigue d'avancer : quand ils ne sont pas simple figurant, ils peuvent espérer quelques répliques, mais sans plus, le laps de temps d'une ou deux scènes ne leur donnent pas vraiment le temps d'exister à côté des vedettes du show.

 

Il faut sans doute y voir là un effet secondaire de la commande de dix épisodes par saison : pour éviter de perdre le téléspectateur et maintenir une tension qui va toujours en s'intensifiant, les scénaristes sont contraints de se concentrer sur deux ou trois personnages. Le revers de la médaille est de reléguer les autres membres du casting à l'arrière-plan. De cette manière, lorsque certains meurent durant les combats par exemple, on se demande en fait si ce n'était pas la première fois que l'on entendait parler de lui, alors que la réaction des personnages-phares montrent bien que ledit personnage était une connaissance de longue date.

 

 

On pourrait donc dire que Falling Skies atteint là une des limites de son format. D'un côté, les scénaristes parviennent à donner de l'ampleur à leur sujet, en donnant une dimension intimiste à un récit guerrier post-apocalyptique, sans que l'un ne vienne empiéter sur l'autre, le format feuilletonnant leur permettant de préserver cet équilibre ; mais de l'autre, l'ampleur de ce même show est maintenant tel que des éléments semblent survolés pour permettre au récit de conserver un rythme soutenu à sa progression et cela en raison des contraintes de son propre format. D'une saison sur l'autre, la galerie des personnages s'est accru de manière exponentielle (d'une petite dizaine au début, on peut dénombrer une trentaine, voire plus), on aurait aimé que la série se repose sur un ou deux nouveaux visages, le temps d'un segment,  mais, hélas, la durée relativement courte des saisons ne le permet pas.  

 

La conséquence d'une remontée qualitative flagrante ? Alors que l'on regrettait tantôt qu'il ne se passe pas grand-chose (à cet égard, la commande réduite de 10 épisodes était salutaire, vu que le fil rouge n'en demandait pas tant), dorénavant, beaucoup d'événements ont lieu et nous nous retrouvons frustrés d'avoir une saison si courte. Un mal pour un bien en quelque sorte.

 

Photo Credits : TNT
 

Falling Skies : cette fois, c'est la guerre !
Falling Skies : cette fois, c'est la guerre !
Commenter cet article

Archives

À propos

Sans snobisme, entre voyage dans le temps et à travers les genres, le Cyborgien tente d'agrandir votre regard.