Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

le cyborgien

Sans snobisme, entre voyage dans le temps et à travers les genres, le Cyborgien tente d'agrandir votre regard.

30 Oct

Suspect N°1 : New York - Une fliquette qui en a

Publié par COTE André  - Catégories :  #NBC, #cop show, #Maria Bello, #Prime Suspect, #Lynda LaPlante

 

 

Il n'échappera à personne que le genre télévisuel le plus prolifique est sans conteste la série policière. Cela, même lorsque l'on n'est pas sérievore, il est difficile de le contester. Il suffit de voir les prime-times massivement occupés par les franchises NCIS et Les Experts. Porté sur les épaules de Maria Bello, Prime Suspect souffre de cette incapacité à sortir de la masse.

 


 

 

Là est le problème. Le genre a connu tellement de variations et de combinaisons possibles qu'il est de plus en plus ardu pour les nouvelles de se faire une place. Le modèle le plus courant est celui de l'inspecteur de Police en figure centrale avec ses adjoints en faire-valoir, mais nous avons aussi quand le haut de l'affiche est porté par un binôme (le buddy-movie) ou lorsque toute une équipe est mise sur un pied d'égalité. Le constat est valable aussi pour la gent féminine qui a connu des déclinaisons semblables.

De cette manière, la grosse lacune de Prime Suspect est de ne pas parvenir à se débarrasser d'un effet de « déja-vu ». Et son statut d'adaptation d'une autre série-télé n'arrange rien. Car, oui, cette série avec Maria Bello (que beaucoup doivent connaître pour son rôle de Docteur Del Amico dans Urgences, mais qui, depuis fait une belle carrière au ciné avec A History of Violence de David Cronenberg et Prisoners de Denis Villeneuve) est une adaptation de la série télé anglaise homonyme créée par Lynda LaPlante (et qui est aussi derrière ce remake, on ne pourra donc pas attaqué la chaîne de plagiat), mais le comparatif ne se résume pas à sa seule source d'inspiration : l'ambiance est proche d'un New York Police Blues (pour le sentiment d'immersion, avec utilisation de la caméra à l'épaule, dans le quotidien d'une métropole) mêlée à une structure narrative proche de The Closer, puisque l'on a affaire au portrait d'un personnage féminin dans un milieu extrêmement masculin.

 


 

 

Bon, à une différence toutefois dans ce dernier cas, The Closer cultivant un ton tragi-comique (le contraste entre la nature pète-sec de l'héroïne et ses employés masculins étant une source de situation humoristique) alors que Prime Suspect se veut plus premier degré, l'héroïne n'étant pas à la tête de la section (ce poste est occupé par le Lieutenant Sweeney, incarné par Aidan Quinn, un de ses visages familiers du ciné US), mais une simple inspectrice se faisant écraser par ses collègues à la moindre occasion. Et parmi les collègues en question, qui sont un brin caricatural (à tel point que l'on peut se demander quel bureaucrate a pu penser que c'était une bonne idée de la muter dans ce service, à moins que soit justement une revanche d'un ex jaloux, mais je n'ai pas souvenir que cela soit mentionnée quelque part), nous retrouvons Brian F. O'Byrne, lui aussi un acteur habitué aux seconds rôles, et Kirk Acevedo, qui a déjà prouvé ce qu'il valait dans Oz.

Alors, évidemment, ceux dont la culture télévisuelle s'arrête à Bones dès que l'on parle de « cop show avec une femme en vedette » risque d'être surpris. Ici, hors de question de s'épancher sur les intrigues sentimentales au risque de faire passer toutes les enquêtes au second plan. En fait, cet aspect est même plutôt mal vu dans la série elle-même, vu que l'inspecteur Jane Timoney, incarnée par Maria Bello donc, est une source de moquerie perpétuelle pour ses collègues en raison d'une liaison avec un de ses supérieurs. Et cette liaison n'est jamais au cœur d'un épisode, elle est juste mentionnée au détour de quelques scènes à travers les dialogues pour comprendre les motivations du personnage et son statut au sein de son bureau : elle est donc une inspectrice vraiment douée, mais ses collègues refusent de le reconnaître, se focalisant sur ladite liaison qui lui a valu une promotion. En d'autres termes, pour eux, douée ou pas, Timoney a triché en usant de sa féminité pour occuper son poste actuel.

 


 

 

Mais l'intérêt de Prime Suspect ne se résumer pas à ce seul aspect qui représente quoi ? 10, peut-être 20 % de la série. Là encore ceux qui s'attendent à une série gentillette parce que « c'est une femme en tête d'affiche » en seront pour leurs frais. Les enquêtes de Timoney l'amènent à côtoyer des milieux sociaux difficiles où se mêlent drogue, sexe et trafic en tout genre. Tout cela renforce l'aspect « immersion brutale » de l'ensemble : Timoney est toujours à l'écoute des suspects et autres témoins, contrairement à ses collègues qui ont des méthodes très rudes, allant jusqu'à bâcler leurs dossier. C'est cette sensibilité qui rend palpable tout le caractère rude aussi bien des enquêtes que dans le statut de notre inspectrice.

Bon, malheureusement, la série n'a pas trouvé son public, il faut avouer qu'elle souffre beaucoup d'un rythme bancal et ne parvient pas à trouver ses marques entre un ton assez intimiste et un déroulement plus haletant des enquêtes. Les ruptures sont trop grossières à ce niveau. Après tout, Il a fallu deux saisons à The Closer pour trouver sa propre identité : ce qui équivaut à une bonne quinzaine d'épisodes, alors que Prime Suspect n'a pas survécu à plus de 13. Malgré cela, il y a tout de même plusieurs restes rendant la série des plus intéressantes : Maria Bello assure le job dans son rôle de femme à poigne, quelques enquêtes réserve leur lot de surprise et ses collègue ne manquent pas de relief, en particulier l'inspecteur Duffy, incarné par O'Byrne, avec lequel Timoney travaille souvent en binôme.

 


 

 

De cette manière, Prime Suspect comporte de nombreux défauts, mais ce sont de menus détails qui aurait pu être corrigé en quelques épisodes, comme se fut le cas avec The Closer justement. Mais même malgré ses imperfections, elle mérite largement le coup d'œil, ne serait-ce en raison de sa tête d'affiche (Maria Bello est impeccable) et de ses thématiques qui la rangent dans le haut du panier des productions actuelles. À ranger parmi les « séries à redécouvrir », donc.

 

Photo Credit : NBC

Suspect N°1 : New York - Une fliquette qui en a
Commenter cet article

Archives

À propos

Sans snobisme, entre voyage dans le temps et à travers les genres, le Cyborgien tente d'agrandir votre regard.