Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

le cyborgien

Sans snobisme, entre voyage dans le temps et à travers les genres, le Cyborgien tente d'agrandir votre regard.

04 Dec

Falling Skies : un nouvel espoir ?

Publié par André COTE  - Catégories :  #Noah Wyle, #Will Patton, #TNT, #Steven Spielberg, #Falling Skies, #Alien, #Science-Fiction

 
 
L'expérience m'a appris qu'il ne fallait jamais juger une série à la seule vision de quelques épisodes, ou de sa première saison. Ce type de production, surtout lorsqu'elle est renouvelée année après année, doit être perçu comme « un travail en cours ». En raison de l'équipe artistique toujours en roulement, il n'est jamais impossible de noter un redressement qualitatif.
 
 
 
 
Très souvent même, ce phénomène a lieu après une première saison un peu laborieuse. Celle-ci est nécessaire aux scénaristes pour présenter les personnages et le contexte. Cette cuvée permet aux auteurs de saisir l'essence des protagonistes en les mettant en scène à travers des enjeux simples et mineurs. Inversement, il n'est pas rare de constater une baisse de la qualité après une première année proche de l'excellence.

De ce fait, la saison 2011 de Falling Skies m'avait laissé dubitatif. On y découvrait la Terre après une invasion extra-terrestre. Toute trace de civilisation humaine était réduite à l'état de cendre. Les rares survivants se sont regroupés et ont dû se trouver une nouvelle place parmi ce qu'il reste de leur communauté. Toutefois, cette thématique est survolée parce qu'elle est censée être révolue depuis un moment, suggérant que cette arrivée de ses êtres venus d'ailleurs est dorénavant bel et bien établie. Le souci maintenant concerne l'évolution du fil conducteur de Falling Skies. En effet, à l'image, le contexte et l'ambiance ont un bon rendu, mais une série se construit aussi avec des personnages et une ligne directrice. C'est sur ce point où la série va se prendre les pieds dans le tapis. 
 
 
 
 
Ainsi, on a vite fait le tour du groupuscule de résistants. À sa tête, on trouve le capitaine Weaver (Will Patton), mais c'est surtout son commandant en second Tom Mason (Noah Wyle, connu pour avoir incarné John Carter dans Urgences) qui a la charge de tenir la série sur ses épaules. Le souci qui apparaît très vite concerne les ficelles scénaristiques utilisées pour maintenir notre attention. Le groupe que nous suivons se contente d'être terré dans un coin, espérant se faire oublier des extra-terrestres. Visuellement, la production cite de belles références puisque l'on se croirait dans une version télévisuelle de La Guerre des Mondes de Spielberg (on ne serait même pas été étonné d'y voir des références) ou encore la récente Battlestar Galactica, dont quelques épisodes se passaient sur des planètes dévastées au décor semblable.

Les enjeux sentaient le vu et le revu, les personnages secondaires avaient peu d'épaisseur et ne parvenaient pas à s'imposer au côté de Wyle/Mason, introduit comme la vraie star du show, même Weaver se résume à un chef passant son temps à s'enguirlander avec lui, dans une posture de militaire borné. De cette manière, sur le papier, on ne peut s'empêcher de penser à V, X-Files ou même pire encore Independance Day. En outre, certains vont sûrement tiquer sur l'ambiance pro-americana... puisque les scènes de rassemblements où les personnages espèrent des lendemains meilleurs (se tenant par la main pour former un cercle) sont assez nombreuses. 
 
 
 
Le constat de cette première cuvée est donc des plus mitigé. Un résultat d'autant plus regrettable en raison des ambitions affichées, notamment dans le visuel. À cet égard, il faut reconnaître que le climat post-apocalyptique est à mille lieux d'un Dark Angel. Je parle là de la série avec Jessica Alba et non du film avec Dolph « Ivan Drago » Lundgren. Cependant, malgré l'érosion des audiences de Falling Skies, la chaîne du câble, TNT, fut suffisamment satisfaite pour donner le feu vert à une seconde saison de dix nouveaux épisodes.

Ô surprise, celle-ci s'avère mieux soignée que la précédente. Les membres de la résistance gagnent en épaisseur, tout ne tourne pas autour de Mason et Weaver,  les intrigues de ses derniers sont juste en sous-intrigue d'une teneur équivalente aux autres et le Weaver s'affirme de plus en plus en tant que réel meneur et non en simple militaire. Il faut dire que le final de la première saison montrait Mason partir dans un vaisseau alien, en tant que prisonnier pour répondre à une négociation. Weaver et les autres ont donc dû se débrouiller durant 3 mois en son absence. On imagine aisément le militaire se calmer durant ce laps de temps. Il en ait de même pour les fils de Mason, devenus des vrais combattants malgré leur jeune âge.
 
 
 
 
 
Ce qui surprend surtout à la vue des premiers épisodes, c'est l'aisance avec laquelle les auteurs passent d'une intrigue à l'autre. Auparavant, ils avaient tendance à trop s'appesantir sur un détail pas très original (la relation entre les aliens et leurs prisonniers humains, par exemple) alors que dès la reprise de cette seconde saison, on aborde de manière plus frontale la thématique principale (comment organiser au mieux la Résistance?) à partir d'enjeux secondaires, comme l'étude des endroits stratégiques aux alentours et les moyens d'y aller. Tout cela en gérant les fils de Mason qui s'imposent au fur et à mesure, Pope le meneur d'un groupe de dissident, mais aussi le médecin qui s'évertue à étudier les résidus extra-terrestres que Mason a attrapé au cours de sa captivité.

En somme, Wyle n'est plus la tête d'affiche de Falling Skies, le casting évoque plutôt un « ensemble cast » où chacun doit avoir sa place. Les ficelles sont toujours visibles (un des enjeux se résume à traverser un pont coupé en deux), mais la mise en scène réussit à apporter un relief qui manquait à la première cuvée. On voit même un plan-séquence balayant les activités des résistants pendant une discussion de Weaver avec Mason, ce qui permet de donner plus de poids aux paroles des deux personnages et de rendre l'ambiance post-apocalyptique plus immersive.
 
 
 
Et ne parlons même pas de la mention d'un autre groupe qui a réussi à s'organiser en nouveau gouvernement. Si les scénaristes respectent cette promesse (les hommes de Weaver et Mason vont-ils le rejoindre?), Falling Skies monterait d'un cran ses propres ambitions : on n'assisterait plus à la lutte d'un groupuscule, mais bien de la Résistance humaine dans son ensemble contre les envahisseurs. Il suffirait que les prochains épisodes montrent la capacité des auteurs à créer des scènes épiques plus convaincantes pour augurer un final digne d'une Guerre des Mondes (j'ai de sérieux doutes à ce sujet tout de même), ou emboîter le pas à Jeremiah, une série post-apocalyptique avec Luke Perry et de J. M. Straczynksi (même là, ce n'est pas gagné), Falling Skies partageant avec ses deux œuvres quelques thématiques similaires.

Reste à voir si la saison 2 continue sur sa lancée en tranchant avec le train-train de la précédente où nos personnages faisaient tout pour garder un profil bas. Le public va-t-il suivre ? Ou se détourner de la série à cause de cette nouvelle dynamique ? Pour le moment, une troisième saison est déjà programmée, Falling Skies va revenir d'ici l'été 2013, mais est-ce que le public va répondre présent ? Ça, en revanche, vu l'audience déclinante, rien n'est moins sûr.
 
Photo Credits : TNT

 

Falling Skies : un nouvel espoir ?
Commenter cet article

Archives

À propos

Sans snobisme, entre voyage dans le temps et à travers les genres, le Cyborgien tente d'agrandir votre regard.